Hibernation

Le printemps pointe le bout de son nez et, déjà, la nature sort d’un profond sommeil. Les animaux ont utilisé différentes tactiques pour passer l’hiver. Certains ont migré pour un climat plus clément, d’autres se sont adaptés. Enfin, quelques-uns ont plongé dans un état léthargique, diminuant leur température corporelle et ralentissant au maximum leur métabolisme. Cela s’appelle l’hibernation. Alors, qui sont-ils ces animaux qui se réveillent avec le printemps ?

1. Le hérissonhérisson qui hiberne

Durant tout l’automne, le hérisson fait des réserves de nourriture. Il mange suffisamment pour avoir une couche de graisse qui le protégera du froid. Dès que les températures chutent en dessous de six degrés, il commence à chercher un abri. C’est en dessous d’un tas de feuilles ou entre des bûches que lui est ses confrères se rassemblent pour se tenir chaud pendant quatre à six mois. Au début du printemps, qu’importe les conditions climatiques, le hérisson se réveille, affamé et délesté de trente pourcents de son poids. Si vous êtes l’heureux possesseur d’un hérisson domestique, n’oubliez pas cette période d’hibernation indispensable pour son bien-être.

2. L’ours

ours qui hiberne

L’ours est ce qu’on appelle un « semi-hibernant ». Même s’il passe la plupart de son temps endormi, il arrive qu’il sorte de sa torpeur. Il se retire dans une grotte ou une tanière où il peut passer trois mois sans se nourrir et sans déféquer. Aujourd’hui, l’ours représente un véritable mystère pour la communauté scientifique. Celle-ci ne comprend pas comment il fait pour ne pas perdre de masse musculaire en restant aussi longtemps inactif !

3. La marmotte

marmotte avant hibernation

La marmotte est l’animal emblématique quand on parle d’hibernation ! Elle dort la moitié de l’année et son organisme est des plus adaptés. Elle peut ainsi réduire le fonctionnement de son métabolisme à un dixième, faire descendre la température de son corps de trente degrés et ne respirer qu’une ou deux fois par minute ! À la fin de l’hiver, un mâle aura perdu environ cinquante pourcents de son poids !

4. Le hamster

hamster qui hiberne

Qu’il soit sauvage ou domestique, le hamster dort en hiver ! Dès que les températures avoisinent les treize degrés, il commence à stocker de la nourriture. Ses mouvements sont de plus en plus rares jusqu’à ce qu’il entre en léthargie totale. De nombreuses personnes  paniquent quand elles voient leur animal de compagnie si inanimé. Pensez à contacter un vétérinaire si c’est votre cas.

5. Le loir

loir qui hiberne

Le loir est un rongeur mesurant quinze à vingt centimètres. Alors qu’il vit normalement en hauteur, lors des basses températures il creuse un trou dans le sol. Sa léthargie est l’une des plus longues puisqu’il ne s’éveille qu’en avril. C’est de là que vient l’expression « dormir comme un loir ».

6. Le lérot

lérot qui hiberne

Autre rongeur dormant jusqu’en avril, le lérot ressemble à une souris avec des grandes oreilles. Véritable acrobate, il se déplace rarement au sol. Pour traverser les mois les plus froids, il se réfugie dans un trou d’arbre, dans un nid de fortune ou encore dans nos greniers.

7. La grenouille

grenouille qui hiberne

Tapie au fond d’un étant ou d’une mare, la grenouille passe l’hiver au fond de l’eau. Son métabolisme y ralentit. Contrairement aux idées reçues, elle ne s’enfonce pas dans la vase qui l’empêcherait de respirer. L’oxygène pénètre son corps directement par sa peau perméable. Fait remarquable ; les grenouilles des bois (qui hibernent sur des tapis de feuilles) sont capables de survivre deux mois complètement congelés ! Le sang ne circule plus, le cœur ne bat plus et la respiration n’a plus lieu. Pourtant, en une journée de température plus douce, la grenouille des bois se réanime comme si rien ne s’était passé !

8. Le crapaud

crapaud qui s'entere pour hiberner

Le crapaud, comme de nombreux animaux, creuse pour pouvoir se mettre à l’abri du froid. Il se cache à plus de cinquante centimètres de profondeur et ne ressort que lorsque le sol se réchauffe.

9. Le serpent

serpent qui hiberne

Le serpent est un animal à sang froid, incapable de produire de la chaleur corporelle. Pour cela, quand les températures descendent, il s’enfonce dans la terre. Dans la plupart des cas, il retrouve ses semblables et entre dans une torpeur pour plusieurs mois.

10. L’escargot terrestre

escargots qui hibernent

Dès octobre, l’escargot commence à sécher. C’est-à-dire qu’il vide ses intestins et la majorité de l’eau contenue dans son corps. Il est presque déshydraté lorsqu’il creuse la terre et s’enfonce à quelques centimètres de la surface. Il arrive aussi qu’il trouve abri sous un tas de feuilles ou sous quelques pierres. Il va alors se blottir dans le fond de sa coquille et en fermer l’entrée par de la bave. Celle-ci, une fois sèche, est une véritable protection qui permettra au mollusque d’hiberner de trois à six mois. Les battements du cœur de l’escargot se font plutôt rares lors des températures négatives : un battement par minute lorsqu’il fait zéro degré ! Malheureusement, de nombreux escargots périssent durant l’hiver. Ils sont victimes des prédateurs ou ils se noient suite à de grosses intempéries.

11. La tortue

tortue qui entre en hibernation

Face au froid, chaque tortue est différente ! La durée de la léthargie varie en fonction de l’espèce, de l’âge du spécimen, de sa santé et du climat sous lequel il vit. Qu’il s’agisse d’une tortue d’eau ou d’une tortue de terre, l’animal se cache dans sa carapace et s’enterre dans la terre ou dans le sable jusqu’au retour du soleil. Fait étonnant : durant l’hibernation, les tortues respirent à travers leur peau qui est très vascularisée !

12. La chauve-souris

chauve-souris qui hibernent

La plupart des chauves-souris s’abrite du froid dans une grotte, un tunnel ou une grange. Comme ces animaux se nourrissent exclusivement d’insectes et que ces derniers sont absents l’hiver, l’hibernation est leur meilleure option. Dès le printemps, leur nourriture est à nouveau abondante et la vie reprend !

13. L’engoulevent de Nuttall

engoulevent de Nuttall hibernation

Voici un bien drôle de nom pour un être tout à fait exceptionnel ! L’engoulevent de Nuttall est le seul oiseau capable d’hiberner, à notre connaissance. Le Nuttall est un petit volatile d’une vingtaine de centimètres qui vit principalement en Amérique du Nord. Il fait son nid à même le sol et reste inactif quatre-vingt-dix pourcents de l’hiver. Pour cela, il fait baisser sa température corporelle à cinq degrés. S’il a été peu observé jusqu’ici, il est toutefois célèbre depuis longtemps parmi les Amérindiens Hopi qui le surnomment « celui qui dort ».

14. La coccinelle

coccinelle

Alors que beaucoup d’insectes passent l’hiver sous la forme de larve, la coccinelle hiberne ! Pour ce faire, elle se loge entre dans les interstices de nos façades et de nos fenêtres ou dans l’écorce des arbres. En pleine nature, elle est susceptible d’être attaquée par un champignon qui prolifère dans les zones humides. Dans ce cas, plus de soixante-dix pourcents du groupe d’insectes peut disparaître. Dans nos maisons, en revanche, elles sont à l’abri ! Attention, la coccinelle asiatique (reconnaissable au « M » qu’elle a sur la tête) est une espèce invasive, elle.

15. Le papillon monarque

papillon monarque

Voici une espèce de papillons tout à fait remarquable, à la fois migratrice et hibernante ! Dès le début de l’automne, ce lépidoptère parcourt quatre mille kilomètres, du Canada au Mexique. Il vole pendant deux mois, remportant la deuxième place des insectes parcourant la plus grande distance migratoire. Il part se réfugier dans une forêt à trois mille mètres d’altitude, ni trop froide, ni trop sèche. Là-bas, lui et ses congénères s’amassent sur les branches des pins. Ils y dorment par milliers, offrant un spectacle de reflets dorés. Ce n’est qu’en février que le papillon monarque se réveille et s’accouple. On distingue deux types de générations chez ce lépidoptère. La première a une durée de vie entre quatre et six semaines. La deuxième, la génération Mathusalem, survient en réalité toutes les quatre générations. Elle a une espérance de vie de sept à huit mois. Ce sont les papillons issus de la génération Mathusalem qui font les déplacements.

L’un des animaux de cette liste vous a surpris ? Dites-le-nous dans les commentaires !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici